Traitement naturel de la candidose

0
638
Candidose thérapies complémentaires

par Chantal Raveau, Dr en Pharmacie

En rapport à la candidose, en général le médecin fait appel aux antifongiques avec leurs inévitables effets indésirables. En médecine naturelle et complémentaire, le traitement est toujours accompagné d’une correction de la diète avec la suppression d’un certain nombre d’aliments aggravants (rubrique suivante).

Les traitements naturels proposés

Les antifongiques : 

L’acide caprylique : un acide gras présent dans la noix de coco et le lait maternel. Il est bon de le choisir sous forme de gélules gastro-résistantes, actives au niveau de l’intestin. C’est un antifongique majeur qui ne détruit pas les bonnes bactéries.

La berbérine : efficace contre les parasites, les bactéries indésirables, les virus et le candida. Elle possède des propriétés anti-inflammatoires. Elle est présente dans des plantes comme l’hydrastis, l’épine vinette.

Les huiles essentielles : du laurier noble, de la cannelle, du clou de girofle, de l’origan. Ces composés sont très puissants et exigent d’être suivis par un aromathérapeute. Un mélange existe, mais il est difficile à trouver dans le commerce.

L’huile d’origan : plus facile d’utilisation, à ne pas confondre avec son huile essentielle.

L’ail : le plus simple de tous, pouvant être mangé cru ou sous forme de gélules. Il est efficace contre les bactéries, les virus et le candida sous ses deux formes (levure et fongus). Il est  à la frontière de l’aliment et du médicament, comme d’ailleurs le curcuma, tout à la fois épice et médicament.

La biotine : une vitamine du groupe B qui contribue à arrêter le passage de la levure à la moisissure.

Les complémentaires des antifongiques qui ont une action équilibrante, immunostimulante, drainante et cicatrisante :

Le jus d’aloès : il faut un jus de qualité, sa vertu est contestée.

L’extrait de graines de pamplemousse.

La chlorophylle  qui a le pouvoir de nettoyer l’organisme, d’oxygéner le sang et d’aider à éliminer les métaux lourds.
Les vitamines (A, C, E, B), les enzymes digestives (pancréatiques et coenzyme Q10) et le magnésium, le zinc, le sélénium…

Les remèdes hépatiques pour le soutenir et le drainer 

Les probiotiques : il convient de bien choisir le moment opportun de leur entrée en jeu et d’utiliser des souches vivantes. En général, il est fait appel à eux en fin de traitement antifongique.

Régime antifongique

Pour lire l’integralité de cet article achetez le no 7 du magazine Thérapies Complémentaires ou le PDF de cette article dans notre boutique ViaPraetoria/MediaFactory

NO COMMENTS