Santé et Astrologie, ce que les anciens savaient

0
2273
astrologie santé Thérapies Complémentaires
astrologie santé Thérapies Complémentaires

Santé et astrologie : le savoir des anciens

par Norma Brugiroux

En 1666 Colbert interdit l’enseignement de l’Astrologie à la Sorbonne. D’un trait de plume il coupe court à une longue tradition d’études dont les plus anciennes remontent à plus de 1700 AJC.

Malgré cet acte radical, les adeptes de l’Astrologie l’ont fait vivre jusqu’à nos jours en espérant ardemment son retour dans un hémicycle officiel.

Il est intéressant de reprendre le texte d’origine de son serment :Dans ce retour vers le passé il convient de citer en premier lieu Hippocrate, médecin, astrologue et philosophe (460-370 AJC)…).Il avait rassemblé les connaissances de santé de l’époque à partir des grands axes de la pensée Astrologique de Ptolémée. Il affirmait déjà que « nul ne peut être médecin s’il n’est pas astrologue, Que ton aliment soit ton remède et ton remède ton aliment

«Je jure par Apollon, (le médecin), par Ascépios (Esculape chez les romains, dieux de la médecine), par Hygie (fille d’Asclépios, la santé), et Panacée (la déesse qui prodigue aux hommes les remèdes par les plantes) par tous les dieux et toutes les déesses, les prenant à témoin que je remplirai, suivant mes forces et ma capacité, le serment et l’engagement suivants :

Je mettrai mon maître de médecine au même rang que les auteurs de mes jours, je partagerai avec lui mon avoir et, le cas échéant, je pourvoirai à ses besoins, je tiendrai ses enfants pour des frères, et, s’ils désirent apprendre la médecine, je la leur enseignerai sans salaire ni engagement. Je ferai part de mes préceptes, des leçons morales et du reste de l’enseignement à mes fils, à ceux de mon maître et aux disciples liés par engagement et un serment suivant la loi médicale, mais à nul autre.

Je dirigerai le régime des malades à leur avantage, suivant mes forces et mon jugement, et je m’abstiendrai de tout mal et de toute injustice. Je ne remettrai à personne du poison, si on m’en demande, ni ne prendrai l’initiative d’une pareille suggestion, semblablement, je ne remettrai à aucune femme un pessaire abortif. Je passerai ma vie et j’exercerai mon art dans l’innocence et la pureté.

Je ne pratiquerai pas l’opération de la taille.

Dans quelque maison que je rentre, j’y entrerai pour l’utilité des malades, me préservant de tout méfait volontaire et corrupteur, et surtout de la séduction des femmes et des garçons, libres ou esclaves

Quoi que je voie ou entende dans la société pendant, ou même hors de l’exercice de ma profession, je tairai ce qui n’a jamais besoin d’être divulgué, regardant la discrétion comme un devoir en pareil cas.

Si je remplis ce serment sans l’enfreindre, qu’il me soit donné de jouir heureusement de la et de ma profession, honoré à jamais des hommes, si je le viole et que je me parjure, puissé-je avoir un sort contraire et mourir dans la tristesse. »

Voici le serment d’Hippocrate tel qu’il est prêté à l’Université de Montpellier :

« En présence des Maîtres de cette Ecole, de mes chers condisciples et devant l’effigie d’Hippocrate, je promets et je jure, au nom de l’Etre suprême, d’être fidèle aux lois de l’honneur et de la probité dans l’exercice de la médecine.

Je donnerai mes soins gratuits à l’indigent et n’exigerai jamais un salaire au-dessus de mon travail.

Admis à l’intérieur des maisons, mes yeux n’y verront pas ce qui s’y passe, ma langue taira les secrets qui me sont confiés et mon état ne servira pas à corrompre les meurs ni favorisera le crime.

Respectueux et reconnaissant envers mes Maîtres, je rendrai à leurs enfants l’instruction que j’ai reçue de leurs pères.

Que les hommes m’accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses, Que je sois couvert d’opprobre et méprisé de mes confrères si j’y manque »

Le lecteur est en mesure d’apprécier et réfléchir sur ces deux textes

Les principes d’Hippocrate, liés à l’Astrologie et la santé sont immuables et tiennent compte de l’étude du ciel de naissance qui offre les clés essentielles pour comprendre l’l’individu, son vécu et son ressentie ainsi que ses traits de caractère, sa façon de réagir, ses difficultés et leurs vraies causes, etc.,….

Le thème permet de comprendre les causes réelles, parfois inconscientes de la maladie. Il décrit aussi l’environnement familial, affectif et social

De plus, il est possible de le resituer dans son environnement familial et généalogique, affectif et social, en bref le thème dessine le profil du patient.

MAIS, si bien Hippocrate remplissait la triple fonction de médecin, astrologue et philosophe, de nos jours l’astrologue n’est pas médecin et le médecin n’est pas astrologue. Hélas !

A titre d’exemple, voici comment, depuis l’antiquité, on examine un thème, pas à pas, pour apprécier la santé d’une personne et repérer les éventuels problèmes.

Pour cela on examine :

  • L’ascendant et ses aspects,
  • Le maître de l’ascendant et les planètes présentes
  • Les luminaires Soleil et Lune et leurs aspects
  • Les maisons IV, VI, VIII et XII, le maître de chacune et les planètes qui s’y trouvent.

L’interprétation est complexe mais très riche en informations.

Les connaissances scientifiques ont progressé d’une manière extraordinaire depuis un siècle, les connaissances du temps d’Hippocrate nous semblent dépassées. Cependant, les bases astrologiques restent immuables. De nos jours, l’enjeu consiste à établir des liens entre les connaissances de la médecine actuelle et le langage astrologique, une nouvelle et merveilleuse approche de l’homme dans sa complexité.

Pour cela, il faudrait une grande dose de courage intellectuel de la part de nos praticiens, qui auraient ce double approche de manière ouverte, en pratiquant eux l’astrologie ou en faisant appel à des astrologues compétants sans pour autant tomber dans la pensée unique du monde scientifique qui vit dans le déni de cet art merveilleux, l’Astrologie.

En 2002, le professeur Jean-Pierre Relier, professeur de pédiatrie pendant trente ans à René Descartes et vingt ans chef de service en néonatologie à Port Royal, a publié un ouvrage remarquable « Adrien ou la colère des bébés. Il a eu l’immense courage d’aborder le sujet astrologique. Ce pourquoi je le salue et le remercie.

Voir la boutique Thérapies Complémentaires

NO COMMENTS