LA MENOPAUSE, LE SECOND PRINTEMPS DE LA FEMME

0
827
ménopause thérapies complémentaires

Par Dr Manola Souvanlasy

Selon la médecine traditionnelle chinoise (Su Wen chapitre 1), la ménopause n’est pas une maladie mais une étape de la vie de la Femme. C’est l’âge de la maturité où la Femme n’est plus très jeune mais pas encore tout à fait vieille ! Arrivée au sommet de la courbe de sa vie, elle accepte enfin de poser ses bagages pour faire le bilan de sa vie : « Qu’ai-je réalisé durant ces cinquante années? Est-ce que ma vie a un sens? Quel sens ai-je donné à ma vie? Durant les prochaines années qui s’ouvrent devant moi, quelle mission me reste-il à accomplir pour continuer à leur donner encore un sens?».

La ménopause est un tournant crucial dans la vie de la Femme. Son énergie s’est affaiblie, son corps a changé de forme, son psychisme est tourné vers plus de spiritualité, ses émotions vers plus de détachement ; elle doit apprendre à s’adapter à un autre mode de vie compatible avec le niveau d’énergie dont elle dispose désormais. Sa vie durant, la Femme a assumé différents rôles forgés dans le devoir et dans ses responsabilités d’épouse, de mère et de femme active ; elle a consacré sa vie à construire son couple et sa famille pour assurer l’avenir de ses enfants, pour atteindre une position professionnelle et sociale respectable, pour acquérir un patrimoine transmissible à sa descendance. Avec la maturité de l’âge, elle saura transmettre à sa lignée son héritage éducatif, culturel, émotionnel et spirituel. Elle devient ainsi les racines de l’arbre de Vie de ses enfants pour qu’ils puissent déployer leurs ailes face à leur propre destin.

À la ménopause, la Femme vit enfin pour ELLE, pour son authentique SOI, ayant trouvé sa véritable place dans l’univers. Selon la médecine chinoise, la ménopause n’est pas l’antichambre de la vieillesse mais bien la floraison d’un Second Printemps, rempli de la Sagesse tirée de l’expérience et des souffrances de la Vie…

Qu’est- ce que la ménopause ?

Selon la médecine chinoise, la ménopause est l’épuisement du Tian Gui. 
Qu’est- ce que le Tian Gui ?

« Tian Gui peut se traduire par fertilité ou la capacité à transmettre la vie. Il se compose de deux caractères : le premier caractère « Tian » signifie le Ciel. Le deuxième caractère « Gui» signifie la 10e branche céleste qui représente l’élément Eau, le yin de l’hiver, les pouvoirs cachés de l’Eau dans les profondeurs de la Terre, alors que rien n’apparait à sa surface. Dans le plus grand secret du yin dans le yin, la fécondité se prépare au milieu de l’hiver qui est la saison propice à l’accouplement chez le tigre. Selon la culture chinoise, le tigre représente le pouvoir de la Vie. Une autre interprétation du caractère « Gui » est la rencontre secrète entre l’Eau de la Terre et le Feu du Ciel dans les profondeurs de l’hiver, cette rencontre est le symbole de la fécondité de l’Homme et de la Femme. Concernant la Femme, le Tian Gui est extériorisé par les menstruations, l’Eau Céleste, encore appelée Shui Gui » (Elizabeth Rochat de la Vallée, «Les Entrailles Extraordinaires »).

A l’âge de 14 ans (2×7), le Qi des Reins est abondant, le sang circule sans entrave dans le méridien Ren Mai, le méridien Chong Mai est florissant, alors arrive l’écoulement du sang menstruel. La jeune fille devenue femme, comme un fruit mûri par le soleil est capable de porter un enfant à la vie. A l’âge de 16 ans (2×8), la production et l’émission du sperme montrent que le jeune garçon devenu homme est capable d’ensemencer la vie.

Selon la tradition chinoise, la Femme est yin, elle correspond à l’élément Eau et à la Terre. L’Homme est yang, il correspond à l’élément Feu et au Ciel. L’extériorisation du Tian Gui chez la femme sous la forme du sang menstruel et chez l’homme sous la forme du sperme, symbolise donc la puberté et la capacité de procréation. Dans le célèbre poème Dao De Jing, le «livre de la Voie et de la Vertu» écrit en 81 strophes par le grand sage Lao Zi, la fécondité est l’union entre les énergies du Ciel et la Terre : « le Ciel est descendu féconder la Terre pour engendrer les Dix Mille Êtres (l’espèce humaine) ».

La physiologie de la ménopause selon la médecine chinoise

Les Reins sont la source du Tian Gui, l’Eau Céleste et la fontaine de la fécondité.

Les Reins sont les fondations de la Vie, ils mettent en réserve le Jing, l’Essence vitale.

« L’Essence est la quintessence de l’énergie. La quintessence est une forme de mise en réserve d’une énergie vitale qui a été purifiée, raffinée à partir d’une matière première plus grossière. L’Essence Vitale sera préservée dans les Reins comme un précieux trésor, le trésor de la bonne santé et de la longévité qu’il convient d’utiliser avec sagesse et de préserver avec amour, pour vivre longtemps et vieillir en bonne santé. Les Reins sont le support de l’hérédité innée, ils sont responsables de la transmission de l’espèce. Le Jing des Reins est le coffre-fort des Substances Vitales qui sont le Qi (Energie), le Sang (Xue) et les liquides nutritifs (Jin Ye). Les Reins sont la bougie de la Vie ».

La quantité de l’Essence vitale – Jing innée des Reins – est déterminée dès la naissance, elle est donc des née à s’épuiser naturellement avec l’âge mais elle peut être entretenue par le Jing acquis ou Ciel postérieur provenant des aliments transformés par la Rate et l’Estomac.

Pour lire la suite, achetez le le numéro 7 de Thérapies Complémentaires ou le PDF de cet article dans notre boutique ViaPraetoria/MediaFactory

 

NO COMMENTS