Le massage métamorphique

0
1061
massage metamorphique therapies complementaires
massage metamorphique therapies complementaires

Le massage métamorphique

par Chantal Raveau, Dr en pharmacie

En libérant les mémoires cellulaires, la technique métamorphique apporte un mieux-être et une meilleure circulation énergétique. C’est parce que cette technique soigne à la source les disharmonies existantes que l’évolution de la personne peut se faire ou se poursuivre. Les résultats ne peuvent en être connus à l’avance; cependant des transformations peuvent se produire sur tous les plans : mental, émotionnel, comportemental et physique.

La technique métamorphique

Elle fait appel au concept de médecine holistique ou vision du corps et de l’esprit dans leur globalité. L’homme doit être traité dans son ensemble et non comme un assemblage de parties isolées. Il doit être considéré comme une entité vivante qui a en lui la capacité de se guérir. La vie est mouvement et création, aucun état n’est permanent. La technique métamorphique a comme principe la vie, puissance de guérison qui commence dès la conception. C’est pendant la période de gestation de neuf mois que nos structures physiques, mentales et émotionnelles se mettent en place. notre vie après la naissance est enracinée dans cette période prénatale.

Le massage métamorphique travaille sur ce schéma de vie, mis en place durant les neuf mois. Le praticien libère une « structure de temps », celle de la période de gestation. Cette structure se retrouve dans certaines parties des pieds, des mains et de la tête. Le praticien doit rester totalement neutre et laisser «la force de vie» du patient agir. Quant au terme métamorphose il indique un processus de changement qui d’une certaine manière rappelle les étapes qui conduisent de la chenille au papillon.

Origine de la méthode

Robert Saint John, réflexologue et naturopathe anglais, déçu par les mé- decines douces, approfondit la réflexologie.

Il découvre que nombre des maux du corps inscrits dans les pieds pouvaient être reliés à un blocage des réflexes spinaux, et que les massages exercés sur les pieds étaient tout aussi efficaces que ceux pratiqués sur la colonne vertébrale. Cette dernière contient le système nerveux central. Partant du principe que le corps et l’esprit sont liés, Robert Saint John étudie les effets psychologiques du traitement. Il localise les principes de la mère et du père, respectivement au talon et à la première articulation des gros orteils avec les troubles afférents. Il superpose une carte psychologique sur la carte physique des points réflexes. Le praticien qui travaille sur la zone de gestation, s’occupe de la structure temporelle au cours de laquelle toutes nos caractéristiques ont pris naissance, et marquent notre vie. Il appelle sa technique «Prénatothérapie» puis « technique Métamorphique ». Pendant la période de gestation, la colonne vertébrale de l’enfant touche les parois de l’utérus, ainsi chaque mouvement de la mère s’inscrit sur cette structure osseuse. Le praticien de la «Métamorphose» travaille sur un plan temporel à l’opposé du réflexologue qui lui travaille sur un plan physique.

Principes de « correspondances »

Robert Saint John a développé une méthode de correspondance pour apprendre à lire le corps et comprendre les déséquilibres installés. Il est parti de la doctrine des correspondances formulée au XVIII siècle par le Suédois Emmanuel Swedenborg. Selon ce dernier les trois principaux modes de manifestation de la vie humaine sont : l’énergie, l’esprit et l’émotion qui correspondent aux principales structures cellulaires du corps :

• Tissus durs : le squelette (la base, la charpente) est la manifestation phy- sique de l’énergie dans sa forme la plus condensée.

• Tissus mous : la peau, les organes, la chair, les muscles correspondent à l’aspect mental. toutes les tensions sont inscrites dans les muscles. Les souvenirs s’inscrivent dans les tissus.

• Les fluides reflètent l’aspect émotionnel.

Dans La technique métamorphique, le praticien s’occupe des pieds, des mains et de la tête qui sont des lieux de communication avec le monde extérieur. Ils permettent les fonctions suivantes : se mouvoir, faire et penser. Il faut égale- ment prendre en compte la gauche et la droite du corps, respectivement partie féminine et masculine sans oublier qu’elles sont inversées : le cerveau gauche analytique est masculin, le cerveau droit intuitif est le cerveau féminin.

Les pieds = se mouvoir

Les mains = agir

La tête = penser

Pour lire la suite achetez le magazine dans notre boutique ViaPraetoria/MediaFactory

NO COMMENTS