La phagothérapie, une alternative aux antibiotiques

0
707
phagothérapie thérapies complémentaires
phagothérapie thérapies complémentaires

La phagothérapie

Par Chantal Raveau, docteur en pharmacie

La phagothérapie, une voie alternative aux antibiotiques utilise des virus bactériophages pour détruire les bactéries incriminées. En fait, cette technique existe depuis le début du 20e siècle mais a été abandonnée en Occident avec l’avènement des premiers antibiotiques, à la fin des années 30 et leur emploi durant la Seconde Guerre Mondiale.

En revanche la phagothérapie a continué à se développer dans les pays du bloc soviétique qui, des décennies durant, n’avaient pas accès aux antibiotiques, ces médicaments miracles.

L’action des bactériophages est contenue dans l’étymologie du nom. Il a deux racines grecques : bâton (leur forme) et phage (manger). Ce sont des virus qui mangent les bactéries responsables des infections. La phagothérapie est le traitement antibactérien qui utilise l’activité bactériolytique des bactériophages.

A l’Institut Pasteur, c’est un franco-canadien Félix d’Hérelle qui, en 1919, découvre le rôle et l’usage des virus dans le combat contre les infections. On ne lui connaît qu’un seul élève en France, André Raiga Clémenceau. Toutefois, un chercheur géorgien Georgii Eliava travailla auprès de Félix d’Hérelle avant de regagner Tbilissi, en Géorgie, où il fonda un laboratoire de recherches et d’applications et où un institut spécialisé dans la phagothérapie porte désormais son nom.

Le regain d’intérêt pour cette discipline procède de la résistance des germes pathogènes aux antibiotiques, au point que ces derniers s’avèrent inopérants lors de certaines infections.   C’est le cas, souvent évoqué par les médias, des infections nosocomiales, des amputations dues aux staphylocoques dorés, aux streptocoques, à un groupe d’Escherichia coli etc…

Pour lire la suite, achetez le magazine sur notre site Viapraetoria

NO COMMENTS