Le Dr. Folker Messner et la Médecine spirituelle

0
693

Le Dr. Folker Messner pratique la médecine depuis plus de 35 ans, dont les 30 dernières années ont été consacrées aux thérapies complémentaires et à la médecine spirituelle. Ancien médecin militaire, il a quitté la Bundeswehr (l’Armée fédérale allemande) pour pratiquer et enseigner l’acupuncture et la médecine traditionnelle chinoise et par la suite la médecine énergétique et les thérapies informationnelles.

Il est le fondateur d’une clinique consacrée à la médecine holistique où, depuis plus de 25 ans, des milliers de malades se font soigner chaque année. Pour le Dr. Meissner, les techniques préférées sont la PNL*, l’EFT*, la guérison spirituelle et la chirurgie de l’aura. Au fil du temps il a développé une technique propre qu’il appelle «la médecine Holar*».

Il est aujourd’hui à la tête des deux plus importantes associations allemandes consacrées à la médecine énergétique et informationnelle : l’Académie Allemande de Médecine de l’Énergie et Bioénergie (DAEMBE) dont il est aussi le fondateur, et l’Association Allemande pour la Médecine Énergétique et de l’Information (DGEIM).

Il milite pour la création d’une organisation internationale réunissant toutes les associations traitant des médecines énergétiques et informationnelles.

 La Méthode Holar évalue et corrige l’équilibre ou le déséquilibre énergétique des  systèmes de l’organisme

 TC-Parlons de la médicine spirituelle, c’est un terme que vous utilisez. De quoi s’agit-il ?

Dr. Folker Messner– Contrairement à ce qu’on pourrait attendre, ce n’est pas une médecine liée à la religion, ou qui se pratique dans un lieu de culte. Le médecin n’est pas un gourou. Le patient est un récepteur et moi, en tant que thérapeute, je suis le médiateur pour des forces qui viennent de l’extérieur.

TC-Nous avons plusieurs « couches » autour de notre corps physique, pouvez vous les définir ?

Dr. Folker Messner -Nous sommes constitués de plusieurs « champs ». Le seul qu’on peut toucher c’est le corps physique. Il y a plusieurs niveaux de fréquence, le niveau le plus élevé de fréquence représente la dernière entité que vous possédez. Vous avez donc un corps émotionnel, un corps mental…On donne des noms différents à ces corps et cela vient des médecines et des croyances ancestrales. Les australiens parlent des niveaux d’énergies, les indiens aussi. Parfois il s’agit de cinq corps, parfois de sept mais c’est évident qu’il y a plusieurs niveaux, certains capables de recueillir des informations qui arrivent de l’Univers. Chaque couche a la capacité de se connecter avec des couches différentes de l’Univers. Nous avons donc un système complexe, holistique, afin de recevoir l’information nécessaire pour vivre, pour survivre.

TC- Quelle est la genèse d’une maladie ? Est-ce une erreur dans cette communication ?

Dr. Folker Messner -Toute maladie commence avec une mauvaise information. Vous tombez malade quand il y a une « désinformation», avec quelque chose de mal dans le système d’infirmation. Si nous arrivons à éliminer cette information erronée, rien de mal ne va plus se passer. Il n’y aura pas de maladie. Parfois les gens pensent qu’il s’agit d’un désordre fonctionnel, par exemple quand ils se cassent quelque chose et puis, en regardant en arrière, nous voyons que chaque maladie a un point de départ avec une erreur d’information. Il faut réparer cette erreur. Il faut réécrire le calendrier de la vie en effaçant la faute d’information. Mais ce qui se passe dans chaque corps, à chaque niveau est lié à ce que l’âme doit apprendre, une tache émotionnelle, mentale, spirituelle ou juste une douleur physique pour ressentir que nous existons.

L’information erronée peut conduire, pour certains, vers une maladie et une douleur physique, d’autres ont besoin de devenir des personnes spirituelles et donc ils vont traverser des processus émotionnels ou mentaux pour savoir qui ils sont – le cas des dépressifs par exemple. Cela dépend de ce que l’âme doit apprendre.

Mais pour revenir à votre question, la maladie commence avec la « mal-information » quelque part dans notre organisme.

TC-Y-a-t-il des appareils pour mesurer ces perturbations dans les corps énergétiques ?

Dr. Folker Messner – Il y en a. Dans ma clinique* nous utilisons deux appareils. Nous pouvons avoir une image complète de l’état des champs de nos patients et surveiller les modifications des informations, les « réécrire », parfois même dans le corps physique.

TC-Vous faites aussi ce que vous appelez une « chirurgie spirituelle » pour traiter des maladies qui sont liées à des vécus de nos vies antérieures.

Dr. Folker Messner – Nous avons plusieurs sources d’informations qui nous arrivent du passé. L’une c’est la ligne génétique, par l’ADN, qui régit notre corps physique et qui nous vient des parents, grands-parents, etc. Il y a aussi la ligne épigénétique qui est le reflet de notre mode de vie*. Mais une autre source d’information vient de nos vies antérieures, à travers l’incarnation. À chaque incarnation vous ramener quelque chose avec vous, de votre vie passée. Si vous avez, par exemple, un patient qui a des problèmes récurrents avec la nuque ça peut être le signe qu’il a été pendu ou étranglé dans une vie précédente. On peut vérifier ça dans le champ énergétique, dans l’aura du patient et si on trouve un tel lien c’est relativement facile de l’enlever. Nous avons vu souvent que même des maladies chroniques disparaissent dans l’espace d’une journée tandis qu’elles étaient là depuis 50 ans ! Il faut juste trouver l’origine correcte ou la raison correcte. Évidemment, toutes les maladies chroniques n’ont pas une telle origine, mais il faut vérifier si c’est un héritage de cette vie ou d’une autre.

Si vous avez peur du feu, vous êtes mort par le feu, si vous avez peur de monter dans des tours ça peut être la réminiscence d’une expérience d’une poussée ou d’une chute dans le vide. Vous pouvez effacer cette expérience, supprimer la mémoire par la chirurgie spirituelle.

J’ai eu une expérience en 2012, j’étais à Paris à une conférence et nous avons eu une journée libre pour aller à la Tour Eiffel. La femme de mon collègue nous a dit qu’elle ne pouvait pas monter parce qu’elle avait peur. Je lui ai dit que je pouvais essayer de régler ça. Elle a d’abord rigolé mais après elle s’est dit « pourquoi pas ? ». Et effectivement, après la séance, elle a pu monter dans la tour. Ça s’est fait à la seconde ! Ce n’est que de l’information qui doit être effacée. C’est comme une empreinte. Parfois ça prend plus de temps mais le principe est le même.

TC-Vous avez dit que vous ressentiez avec les mains toutes ces anomalies, est-ce un don ? Naît-on avec ? Ou cela peut-il s ‘apprendre ?

Pour lire la suite achetez le no 9 du magazine Thérapies Complémmentaires ici ou le pdf de cet article ici

NO COMMENTS