LES CONSEILS DU DOCTEUR SANANÉS : Diététique homéopathique

2
864
dietetique homeopathique therapies complementaires
dietetique homeopathique therapies complementaires

Conseil en diététique homéopathique

L’homéopathie ne se désintéresse pas de l’hygiène alimentaire. Les règles de l’individualisation homéopathique sous entendent la notion de conseil diététique. Mais il va de soi qu’il n’est pas possible de développer avec précision et rigueur les  règles qui sont à la fois celles d’un individu donné et d’une maladie également déterminée.

L’observation des types humains et l’expérience thérapeutique homéopathique révèlent des grandes lignes de force. Les aversions ou exacerbations alimentaires définissent souvent un individu et la ligne correctrice qui s’impose afin de maintenir sa santé.

Sous l’angle constitutionnel :

Les carboniques se nourrissent toujours en excès, leur assimilation généreuse  rend redoutable l‘absorption d’hydrates de carbone: ce sont des aliments à vocation musculaire. D’autre part ils ne sont pas doués pour l’exercice, et ils s’empâtent facilement. Statistiquement, la mort subite frappe de plein fouet 65% des Carboniques de type Sulfur à assimilation régulière, à humeur joviale et qui s’exposent aux risques pathologiques par l’absence d’attitude préventive et par l’insensibilité aux symptômes de la maladie. Certains semblent faire toutes les affections «debout», n’écoutent pas les médecins et sont fauchés entre quarante et cinquante ans par une affection soudaine (vasculaire) et qui trop longtemps restée silencieuse (d’après eux) aura tardivement entraîné des réactions brutales. Leur situation pathologique est d’autant plus grave qu’ils en ont une faible conscience. Les hydrates de carbone se transforment rapidement en graisses, en triglycérides et rendent leur sang trop chargé.

Ils ont une grosse capacité digestive et leur circulation de retour laisse la place à la sclérose, à l’infiltration d’eau qui est d’ailleurs, hélas, leur ennemi naturel.

Le phosphorique longiligne garde l’avantage de la ligne sans trop contrôler ses entrées; c’est un bon moteur à combustion dont le rendement est inégal, et il se fatigue proportionnellement à la déperdition de ses sels minéraux. Sa digestion est laborieuse, du fait d’une atonie qui le prédispose aux troubles du transit qui l’émacient souvent, et il maigrit en mangeant bien.

La compréhension des tempéraments est une ouverture vers une alimentation équilibrée.

Le sanguin, au métabolisme actif, bénéficiera d’une nourriture plutôt sèche, pas trop aromatisée, sans gibier, sans graisses. Pour lui, une seule loi : apprendre à rester sur sa faim, à faire des jeûnes intermittents, et à rechercher une activité à dépense métabolique.

Le bilieux ne s’accommode ni des produits de la mer, ni des œufs ou du lait. Il s’accommodera de viandes grillées et de légumes en racines (peu de feuilles).

Le lymphatique a des impératifs alimentaires précis : nourriture sèche très aromatisée, concentrée, car il doit exciter son appétit, tout en évitant les légumes aqueux.

Le nerveux affectionne les nourritures chaudes aromatisées, concentrées mais pas trop sèches. Il aime tout ce qui est frais : légumes, poissons, fruits de mer, gibier frais, fruits mûrs. Ce tiède de l’existence, qui fuit les extrêmes, recherche l’alimentation légère, affectionne tout à petites doses, campagne, bon air, soleil, et il marche dans la nature pour mieux digérer.

Au départ, l’infinitésimal avait pour vocation d’atténuer certaines absorptions accidentelles  (arsenic, mercure, phosphore). La vie quotidienne peut nous exposer aux intoxications accidentelles ou provoquées par la qualité des aliments, des abus ou des intolérances, qui modifieront notre équilibre interne.

Nourriture excessive : Antimonium Crudum(enfant), Pulsatilla (graisses), Nux Vomica (repas d’hommes d’affaires).

Viandes avariées Arsenicum Album et Pyrogenium (diarrhées fétides, cholériformes).

Diarrhée par fruits d’été China (distension considérable). Cuprum (diarrhée par raisin de l’été saupoudré de sulfate de cuivre).

Intoxications :

par coquillages: Urtica Urens, Lycopodium 15 CH

par fraises: Fragaria, Oxalic Acid.

par café: Chamomilla, Colocynthis (tachycardie, névralgie, hyper réflectivité, coup de colère).

par bière: Kali Bich (troubles digestifs dans le nord de la France), Aloé

par alcool, vin: (tendance à l’éthylisme) Nux vomica, Lachesis et Phosphorus si atteinte hépatique grave.

par boissons gazeuses : China, Carbo Veg, Kali Carb, déjà intolérant aux potages ; voit sa digestion s’alourdir de flatulences irrésistibles.

Intolérances :

au pain: Hydrastis, Natrum Mur.

aux choux: Petroleum, Bryonia.

à la viande de porc: Pulsatilla, Cyclamen, Ricinus.

aux œufs: Ferrum, Sulfur.

Aggravations cruelles par des aliments recherchés, le sucre par exemple: Argentum Nitricum, Ignatia, Chamomilla, Sulfur (on est attiré par ce qui nous nuit.)

 Typologies

Nous n’avons pas tous la même physionomie. Ainsi ont été déterminées trois grands types de constitutions homéopathiques:

> – Le type carbonique. Il s’agit de personnes plutôt trapues, solides, de caractère calme, agréable et se souciant peu de leur santé. Ces individus ont souvent comme point commun une fragilité des articulations et de l’appareil digestif.
> – Le type phosphorique. Dans ce cas nous avons plutôt à faire à des personnes minces, d’apparences fragiles, plutôt nerveuses, hypersensibles et fatigables. Leurs points faibles concernent surtout le système cardiovasculaire et nerveux.
> – Le type fluorique. Il regroupe des personnes chez qui on note une caractéristique au niveau des doigts. En effet, ceux-ci sont très souvent plus longs que la moyenne. Ces individus présentent également une implantation dentaire disharmonieuse, un caractère intuitif et parfois même instable.
> Ainsi, l’homéopathie prend en compte cette notion de constitution minérale inhérente à chacun. Le choix des souches médicamenteuses utilisées va s’en imprégner.

Les personnes de tempérament nerveux sont celles qui appartiennent à la catégorie des petits ou des minces.

Chez ces personnes, c’est le cerveau et le système nerveux qui prédominent. Elles présentent une grande capacité intellectuelle, sont sensibles, émotives et artistes.

Quant à leurs défauts, elles sont portées à l’anxiété, à la susceptibilité, à l’irritabilité et à l’agitation. Leurs gestes sont incessants, rapides et saccadés.

Les personnes de tempérament  sanguin sont fortes et massives. Leur musculature et leur ossature sont bien développées. Ce sont des personnes qui recherchent le plaisir.

Elles sont gaies, généreuses et serviables. Elles sont aussi enthousiastes, sociables, promptes et intrépides. Quant à leurs défauts, elles peuvent être portées à l’exagération, à l’emportement, à la vantardise, au libertinage. Elles sont aussi inconstantes et peuvent mentir facilement.

Les personnes au tempérament bilieux sont celles qui présentent le meilleur développement musculaire. Elles ne sont pas portées à l’embonpoint comme les sanguins qui recherchent les plaisirs de la table.

Ce sont des personnes sérieuses, énergiques, décidées, responsables, disciplinées, ordonnées, autoritaires, efficaces et courageuses qui aiment diriger et n’hésitent pas à prendre des décisions. Elles ont les défauts de leurs qualités et  peuvent faire preuve de tyrannie, d’impatience, de cynisme et de suffisance.

Les personnes de tempérament lymphatique sont celles qui appartiennent à la catégorie des gros mous. Elles sont peu actives sur le plan musculaire. Leurs tissus sont enrobés de graisse. Chez les lymphatiques, c’est le système digestif qui prédomine. Si le sanguin est plutôt gourmand, les lymphatiques sont souvent des gourmets. Leur capacité digestive est grande et l’abdomen est proéminent chez ces individus.

Le milieu préféré des lymphatiques est l’eau. Leurs qualités en font des personnes pondérées, douces, flegmatiques, patientes et souples.

Leurs défauts sont l’indolence, la négligence, l’indifférence et le désordre. Les lymphatiques peuvent parfois sombrer dans la malpropreté.

Lorsqu’on tente de distinguer les caractéristiques de chaque tempérament, on peut conclure sommairement que les nerveux ont une attitude émotive et critique; les sanguins sont animés et cordiaux; les bilieux manifestent un comportement volontaire et sérieux et les lymphatiques une attitude flegmatique et insouciante.

 Voir la boutique Thérapies Complémentaires

2 COMMENTS

Comments are closed.