Performance et Intelligence du Ventre

0
821
Chantal Raveau - Performance et intelligenve du ventre
Chantal Raveau - Performance et intelligenve du ventre

Par Chantal Raveau, docteur en pharmacie

D’après Chantal Raveau, le centre de notre corps est au cœur de nombreuses recherches mondiales. Dans les médecines orientales il est considéré comme le centre vital de l’homme.

C’est le dantian pour les Chinois, le manipoura pour les Hindous, le hara centre de l’énergie dans les arts martiaux pour les Japonais. Chez nos lointains ancêtres, le cerveau crânien était peu développé, en revanche le cerveau intestinal l’était. Nos ancêtres vivaient d’instinct et d’intuition. Aujourd’hui les chercheurs biologistes et les médecins le «redécouvrent» et créent de nouvelles disciplines telles la neuro-gastroentérologie et la neuro-immunologie. L’implication du ventre dans les maladies mentales est maintenant démontrée.

Par ailleurs de nombreux autres troubles altèrent son fonctionnement : côlon irritable, candidose, hyper-perméabilité intestinale, digestions pénibles…

Nos aliments, mais aussi nos sentiments et nos  intuitions  sont métabolisés dans nos «entrailles». Elles nous nourrissent, nous protègent. Aussi est-il essentiel de reconsidérer le centre de notre corps, d’en prendre le plus grand soin et le cas échéant de le réparer. Le Dr. Michaël Gershon a écrit «Le cerveau intestinal joue un rôle considérable pour ce qui est du bonheur et de la misère humaine et cela en dépit du fait que peu de gens savent même qu’ils en possèdent un.». L’appareil digestif commence par la bouche puis viennent l’estomac, le foie et la vésicule biliaire, le pancréas, enfin l’intestin grêle et le gros intestin. Ces deux derniers sont l’objet du présent article.

Un ordinateur biologique perfectionné : l’intestin grêle

Il se présente sous la forme d’un long tuyau de 8 à 9 mètres, d’une complexité et d’une perfection remarquable. Il régit les apports nutritionnels et énergétiques. Il intervient dans le système immunitaire et l’équilibre émotionnel. Aucun autre organe n’a une anatomie aussi développée : une muqueuse avec des milliers de villosités et des microvillosités qui, une fois dépliée, couvrirait une surface équivalente à un terrain de tennis! Arrivés dans l’intestin, les aliments subissent des transformations importantes par l’action des enzymes du pancréas et du foie. La bile joue le rôle d’émulsifiant et de solvant des graisses. Il faut souligner que la part la plus importante du cholestérol n’est pas d’origine alimentaire mais d’origine hépatique. Un taux élevé de cholestérol peut être, soit d’origine familiale ou génétique, soit le résultat d’un mauvais fonctionnement métabolique. L’intestin grêle réabsorbe une grande partie du cholestérol et le renvoie au foie. La muqueuse intestinale est très fine, elle se renouvelle tous les cinq jours. Dans le cas d’une hyperperméabilité intestinale, des molécules entières ou fragmentées passent dans la circulation sanguine entraînant des réactions immunitaires passagères dans le cas d’intolérances alimentaires (différentes des allergies) ou durables qui aboutissent à des affections auto-immunes.

Colon, Auto-intoxication

Environ huit heures après le repas, le reste des aliments arrive dans le gros intestin ou colon. Ce dernier à la différence de l’intestin grêle se présente comme un univers surpeuplé par les bactéries, les parasites, les champignons, les levures. Cet ensemble est appelé microflore ou microbiote. Toute cette «population» lutte pour sa survie. Cet univers est donc sujet à des changements considérables qui dépendent des bactéries issues de l’alimentation, des boissons, des médicaments et de notre environnement. Cependant, ces résidus alimentaires offrent encore un intérêt pour le corps : de l’eau, des fibres, des vitamines B et des précurseurs de la vitamine A. Les bactéries et leurs dérivés représentent 50% des matières fécales. Le colon, un long tuyau d’environ 2 mètres, comprend trois parties : ascendant, transverse et descendant avec deux angles qui entourent l’intestin grêle. Il se termine dans le rectum. Il a pour mission l’évacuation des matières, mais aussi de fournir la nourriture aux cellules intestinales(les entérocytes), d’absorber l’eau et de pourvoir aux défenses immunitaires par sa flore intestinale.

Le colon, organe élastique, peut subir de grandes modifications de forme selon son fonctionnement. Il peut aussi présenter des anomalies congénitales. Ces distorsions entraînent des troubles de santé et des troubles digestifs (compressions des autres organes : foie, estomac…). Les fermentations et putréfactions engendrent de nombreux troubles et peuvent participer à la formation de la stéatose du foie («foie gras»).

Parmi toutes les affections intestinales, la constipation est au premier plan, souvent considérée à tort banale mais pouvant engendrer de nombreuses pathologies sérieuses.

La constipation est un problème extrêmement courant notamment chez les femmes. Nombre d’entre elles utilisent à tort des laxatifs qui pérennisent cette affection dont l’origine est souvent d’origine alimentaire associée à un manque d’exercice physique, à une déshydratation et à la prise de certains médicaments. Pour y remédier plusieurs voies, en dehors des laxatifs, peuvent être empruntées. La très classique prise de sels de magnésium peut être une aide efficace en choisissant un sel doux tel le carbonate de magnésium. La voie diététique, en est une autre, avec un régime à base de fibres riches en pré-biotiques contenant de l’inuline par exemple, elle est présente dans les graines de psyllium et de lin. On peut aussi «choisir» entre les pruneaux réhydratés, l’huile d’olive, le jus de betterave, l’huile de lin. Leur action bénéfique n’entraîne aucune dépendance.

Il existe aussi une solution technique pour nettoyer le colon en profondeur : l’hydrothérapie du colon.

Il va sans dire que rétablir une fonction intestinale correcte passe nécessairement par une révision de l’hygiène alimentaire et l’adoption d’une discipline de vie saine. Une consultation médicale s’avère nécessaire face à une constipation chronique qui aboutit à l’auto-intoxication précédemment évoquée.

Hydrothérapie du colon

Cette pratique est mise à l’honneur aux USA par le Docteur John Harvey Kellog, l’inventeur des célèbres céréales. Toute sa vie durant, il l’applique en l’accompagnant d’un régime végétarien et d’exercices physiques. Il obtient de bons résultats et vécut en bonne santé jusqu’à un âge avancé. L’hydrothérapie est très répandue en Grande Bretagne, en Suisse, en Allemagne. Des hôpitaux, des cliniques la proposent. En France de nombreux praticiens confirmés et des médecins la pratiquent. Ce nettoyage profond permet de lutter contre la surcharge toxique de l’intestin mais soulage également le foie, le sang et la lymphe. Elle améliore la perméabilité intestinale, porte d’entrée des toxines. Un protocole rigoureux permet de mettre en confiance le patient (1).

L’appareil est automatisé, une grande quantité d’eau, de 20 à 30 litres, circule en continu. Il faut plusieurs séances pour un nettoyage complet. Chacune d’elle dure une quarantaine de minutes. On peut adjoindre de l’ozone à l’eau afin d’augmenter son pouvoir désinfectant. Les effets observés après les séances sont généralement les suivants: une diminution du volume du ventre entraînant une meilleure circulation veineuse et lymphatique, une décompression du diaphragme d’où une meilleure capacité respiratoire, une diminution des douleurs au niveau de la colonne vertébrale, des effets calmants sur le côlon irritable, une amélioration du mental, de la mémoire et des maladies de peau. À long terme, on observe une stimulation de l’immunité, une meilleure digestion, une amélioration du péristaltisme intestinal, de la mémoire…

L’hydrothérapie est plus particulièrement indiquée dans les cas suivants: constipation ou diarrhée, flatulence importante, maladies inflammatoires, métaboliques, problèmes circulatoires, allergies… sous réserve d’un diagnostic médical préalable car des contre-indications existent: cancer du côlon, maladies cardiovasculaires graves, grossesse. L’hydrothérapie du colon est également un bon outil pour les malades qui prennent depuis longtemps des médicaments. Du fait de la régénération de la muqueuse intestinale, l’absorption des médicaments sera meilleure et la posologie diminuée. Elle est aussi une bonne préparation à certains examens (coloscopie) et à des interventions chirurgicales spécifiques. Cet outil de détoxication et de réparation de la muqueuse intestinale est un excellent moyen de lutter contre le vieillissement accéléré. En résumé l’hydrothérapie du colon fait partie des méthodes naturelles qui améliorent le bien-être, les fonctions digestives dans leur ensemble, l’immunité…Il est nécessaire de réformer l’alimentation, l’hygiène de vie et de prescrire un apport vitaminique (vit A, B, C,E), des minéraux (Zn, Mg, Se).

La microflore intestinale ou microbiote.

Pour lire la suite achetez le no 5 du magazine dans notre boutique Via Praetora/MediaFactory

NO COMMENTS