LE CHAMANISME ET LA PHYSIQUE : UNE VOIE DE CONVERGENCE

0
211

Par Philippe Bobola, Physicien, Biologiste, Anthropologue, Psychanalyste adlérien, Co-Directeur du DU (diplômes universitaires) «Les peuples traditionnels : un regard pluridisciplinaire de la cosmogonie à la médecine traditionnelle»

La redécouverte du chamanisme

Les premiers témoignages au sujet du chamanisme furent donnés par des ecclésiastiques et des notables russes ayant voyagé en Sibérie au XVIIe siècle. Ce qu’ils voyaient bousculait leur rationalité : des humains certes, mais qui prétendaient être des intermédiaires entre les hommes et les dieux, qui étaient capables de quitter leur corps pour entreprendre des ascensions célestes ou des descentes infernales, capables de communiquer avec leurs défunts … en somme des êtres dotés d’étranges pouvoirs.

Pour les ecclésiastiques il s’agissait de pratiques diaboliques, pour les autres de pures impostures. Le nom de ʺçamanʺ fut donné à de tels êtres. Ce mot est originaire de la langue toungouse (appelée aussi evenk), langue parlée par une ethnie du groupe linguistique mongol disséminé entre la Sibérie orientale et la Chine. ʺÇaʺ signifiant connaître et le mot complet désigne celui qui sait.

Loin d’être circonscrite à la Sibérie, la présence de çamans fut rapportée par des explorateurs les siècles suivants. Depuis l’Amérique du Nord, l’Amérique du Sud, le Continent africain, la Chine, en passant par l’Europe…cette présence fut observée et décrite.

Il fut décidé de regrouper l’ensemble des pratiques découvertes sous le nom de ʺchamanismeʺ.

Les premières études anthropologiques des années 20 portèrent sur le chamanisme sibérien qui se caractérise par des agitations intenses, des cris, de l’écholalie et même la crainte de la lumière. Ces faits devinrent des ʺsymptômesʺ à tel point que l’ethnopsychiatre G. Devereux décréta le chaman psychotique ou gravement névrosé !

En 1949 l’anthropologue Claude Levi Strauss sortit le chaman de la psychiatrie pour en faire une sorte de psychothérapeute. Dans son ouvrage Anthropologie structurale il définit le chaman comme « un créateur d’ordre qui guérit les gens en transformant leurs douleurs incohérentes et arbitraires en une forme ordonnée et intelligible».

Le pont entre le chamanisme et la physique quantique

Par la suite des historiens des religions, des médecins, des ethnobotanistes, des ethnolinguistes s’intéressèrent aux pratiques chamaniques. À partir de la somme immense de connaissances obtenues on peut affiner la définition du terme ʺchamanʺ en disant qu’il est un médiateur qui fait communiquer les espaces, la terre et le ciel ainsi que les temporalités.  En apparence le chamanisme et la physique moderne semblent prendre des voies bien différentes. En effet, le premier utilise une voie ancestrale intuitive et la seconde une voie analytique et déductive.

Cependant il existe des convergences dans la façon de décrire le monde:

Le chaman a la certitude que l’univers possède une structure vibratoire, que ce soit les plantes, les animaux, les cristaux, toute chose vibre à une fréquence qui lui est propre et qu’il interprète comme l’Esprit de cette chose, avec lequel il entre en résonance, instaurant ainsi un dialogue visuel, auditif, sensoriel, ou encore émotionnel. Pour lui tout est vivant, conscient et sensible.

Cette approche vibratoire, invisible aux yeux du ʺprofaneʺ, est tout aussi réelle que l’est notre monde matériel visible.

Quant à la physique moderne, elle a découvert avec les travaux de Louis de Broglie en 1924, que la matière microscopique obéit à une dualité : à savoir que les atomes présentent simultanément une dimension vibratoire et corpusculaire. Les physiciens parlent de dualité onde – corpuscule. Non seulement l’atome est associé à une onde appelée «onde de matière» mais ses constituants, notamment les électrons, sont également ondulatoires.

Pour lire la suite achetez le no 9 du magazine Thérapies Complémentaires ou le PDF de cet article

 

NO COMMENTS