Alerte allergies!

0
687

 Le bulletin allergo pollinique de l’RNSA

 Avec le printemps installé, les pollens, à foison, se dispersent dans toutes les directions.

La semaine s’annonce chargée en les pollens. Le bouleau s’imposera tout au long de la semaine et provoquera un risque allergique maximal de Strasbourg à Rouen en descendant jusqu’en Auvergne et Rhône Alpes. Autour de cette zone, le risque allergique atteindra un niveau élevé.

Les quantités de pollens de frêne ne diminuent pas, avec un risque allergique moyen de la Normandie aux Hautes Alpes, le pic de la saison a été atteint. Les platanes seront en progression vers le Nord de la France. Le risque allergique moyen à localement élevé présent dans tout le Sud et la Vallée du Rhône, est faible sur le reste du territoire, sauf sur Paris où le risque associé aux pollens de platane atteint un niveau élevé. Les cyprès, saule et peuplier finissent doucement leur saison avec un risque allergique très faible à faible sur l’ensemble du territoire. Les pollens de charme se déploient du Nord jusqu’au Sud-Ouest avec un risque allergique très faible à faible, seules la Bretagne et la Méditerranée seront encore épargnées. Les pollens de graminées gagnent du terrain et sont présents sur la partie du territoire au Sud de la Seine. Si le risque se limite pour l’instant à un niveau très faible à faible, les conditions météorologiques prévues pour la semaine seront favorables à la croissance de ces herbes folles. Quelques pollens d’urticacées apparaissent sur toute la France, seule la région méditerranéenne sera gênée par les pariétaires avec un risque allergique faible à localement moyen. Les pollens de chêne seront pour l’instant toujours cantonnés au Sud avec un risque faible. La semaine prochaine sera chargée en pollens, les allergiques, surtout ceux sensibles aux pollens de bouleau, devront impérativement suivre leur traitement ou consulter leur médecin.

Reconnaître les allergies

Plus de 20% de la population française souffre d´allergie respiratoire. De nombreux facteurs peuvent être à l´origine de ces manifestations :
• Les facteurs environnementaux intérieurs ( tous les allergènes potentiels respirés avec l´air intérieur des locaux : acariens, moisissures, poils de chat, poils de chien, etc…).
• Les facteurs environnementaux extérieurs (tous les allergènes potentiels respirés avec l´air extérieur : pollens, moisissures.)
• Les facteurs de pollution atmosphérique : il existe des relations triangulaires entre pollution, pollens et allergie. La pollution peut à la fois agir sur les pollens en modifiant leur structure biochimique extérieure et par là même leur allergénicité et sur les muqueuses respiratoires de l´homme en modifiant sa sensibilité immunologique aux grains de pollens.

la carte de vigilance pour la semaine du 20-26 avril 2015
la carte de vigilance pour la semaine du 20-26 avril 2015
Risque allergique *
: nul : très faible : faible : moyen : élevé : très élevé
: données non disponibles

Les manifestations d’un pollinose

La rhinite allergique saisonnière : nez bouché, éternuements, nez qui coule et démangeaisons.

La conjonctivite allergique saisonnière : yeux rouges qui piquent, avec sensation de sable dans les yeux.

Les petits pollens, qui peuvent pénétrer jusque dans les bronches et provoquer des crises d´asthmes : diminution du souffle, sifflements bronchiques, toux persistante souvent nocturne.

Toutes ces réactions sont améliorées par la pluie et aggravées par le vent. Elles sont plus importantes à l´extérieur qu´à l´intérieur.
L´augmentation de ce type d´allergie, qui aurait doublé en 10 ans, justifie la surveillance du contrôle de la qualité de l´air.
C´est l´Aérobiologie (ou Aéropalynologie) qui étudie les pollens disséminés par le vent des plantes dites anémophiles. Pour provoquer une réaction allergique, il faut :

-que le pollen d´arbre ou herbacée soit émis en grande quantité. C´est le cas des plantes anémophiles graminées, ambroisies, cyprès, bouleau. Les pollens de plantes entomophiles comme le mimosa (reproduction et transport par les insectes) peuvent provoquer des réactions de voisinage.

-qu´il soit de petite taille. Les grains de pollen resteront d´autant plus longtemps dans l´atmosphère, et pourront parcourir de plus grandes distances qu´ils sont petits et légers. Pour cette raison on trouvera les pollens allergisants aussi bien dans les villes qu´à la campagne.
-qu´il ait un fort pouvoir allergisant. Il faut qu´il puisse libérer ses particules protéiques responsables de la sensibilisation.

D´autres facteurs peuvent intervenir:la présence simultanée de plusieurs pollens allergisants, la pollution atmosphérique,l´existence de réactions croisées entre des pollens de la même famille ou avec certains aliments. Enfin, il faut un terrain génétique particulier pour développer cette allergie : le terrain atopique.

(Le RNSA est une association dont l´ensemble des membres sont impliqués de façon active dans le fonctionnement du réseau que ce soit au niveau local, qu´au niveau national. Le RNSA est le réseau français du réseau Européen EPI (European Aerobiology Network) ayant sont propre site : http://www.polleninfo.org)

Allergies – solutions homéopathiques

Par le docteur Roland Sananés, Président du Collège Français des Sciences Humaines

L’homéopathie obtient des succès incontestables là ou d’autres thérapeutiques se montrent impuissantes. Agissant en amont, en prévention, l’homéopathie apporte un soutien incontestable.

Avec l’arrivée du printemps beaucoup d’entre nous se trouvent confrontés à des allergies plus ou moins invalidantes. Des solutions existent.

pour lire la suite …

achetez l’article
0,99 €
dans notre boutique en ligne ViaPraetoria

 

NO COMMENTS