Accompagner la personne sur le chemin de la santé

0
746
accompagner par la naturopathie

Interview de Frédéric Bourgogne, naturopathe

Frédéric Bourgogne-La naturopathie est un art de vivre, une hygiène de vie qui puise sa source au sein de la nature et qui trouve son sens en amont de toutes maladies. En tant que naturopathes, nous ne devrions avoir dans nos cabinets que des personnes en bonne santé, souhaitant préserver ou optimiser cette dernière comme c’est le cas dans la plupart des médecines traditionnelles. Ce n’est pas forcément le cas en Europe et en particulier en France où la majorité des personnes venant consulter cherchent des solutions naturelles à leurs problèmes et à leurs pathologies, nous ne sommes donc pas dans une démarche préventive. Les études de naturopathie nous forment à la santé et nous permettent d’accompagner ceux qui le souhaitent en mettant en place un programme d’hygiène vital personnalisé et individualisé.

TC-Mais pouvez-vous quand même assurer une complémentarité avec la médecine allopathe ?

Frédéric Bourgogne – La naturopathie est complémentaire à la médecine conventionnelle. La médecine allopathique est très pointue, elle sauve des vies, c’est une médecine d’urgence. La naturopathie comme je viens de vous le dire est une médecine naturelle visant à préserver et améliorer notre santé. Il y a des règles très importantes, nous ne prescrivons pas, nous ne diagnostiquons pas, nous ne donnons pas de traitements. Je dis souvent à mes élèves : lorsque le patient vous explique ses symptômes, c’est important de les écouter et d’en tenir compte, mais votre travail consiste à mettre en place des outils pour que votre patient retrouve un équilibre global. En travaillant ainsi on s’aperçoit qu’en remettant de la cohérence dans l’alimentation, dans les rythmes, en optimisant l’hygiène de vie en général on va avoir un impact sur les symptômes. Tout ce que nous faisons c’est de soutenir ce que nous appelons ʺl’homéostasieʺ, le processus d’auto-guérison et de régénération de notre corps.

TC-Quels sont les instruments que vous utilisez ?

Frédéric Bourgogne -La naturopathie s’articule autour de trois cures et dix techniques: une cure de détoxination, une cure de revitalisation, une cure de stabilisation. L’anamnèse et le bilan vital vont nous permettre de déterminer la priorité.

Nous passons généralement entre une heure trente et deux heures avec le patient pour faire cette anamnèse et ce bilan. Nous avons pour cela des outils et des techniques qui sont propres à la naturopathie – cela peut être la morphotypologie, la prise des pouls, l’iridologie. Nous nous basons beaucoup sur les observables. Ces dernières vont nous donner des informations sur l’état général de santé de la personne. À partir de là nous mettons en place soit la cure de détoxination, soit la cure de revitalisation, soit un mixte des deux.

La première technique majeure de la naturopathie c’est l’alimentation. Nous sommes tous d’accord pour dire – et je pense que les médecins aussi – que si nous travaillons autour de l’hygiène alimentaire, si nous remettons de l’équilibre dans l’alimentation, nous réglons plus de 50 à 60% des problèmes. L’alimentation est une des causes majeures de maladie, 80% de nos pathologies sont liées à notre alimentation et si vous ajoutez à cela le stress vous avez le doublé gagnant…

TC-Quels sont les premiers conseils que vous donnez pour l’alimentation ?

Frédéric Bourgogne -En premier lieu, ce sont des conseils basiques et simples. Une alimentation de qualité : éliminer tous les produits raffinés et industriels comme les pâtes blanches, le riz blanc, le sucre blanc, les farines blanches. Cela se fait par étape. Une alimentation naturelle et vivante : l’être humain est un être vivant et naturel, donc il ne peut se passer d’une alimentation vivante et naturelle. J’entends régulièrement les personnes me dire : « Mon médecin m’a demandé d’arrêter de manger des crudités et de cuire mes légumes ». Je pense que c’est une erreur car les cuissons dénaturent les aliments et n’ont jamais favorisé une régénération de l’organisme. Si la personne ne supporte plus les aliments crus, on peut par exemple passer aux jus ce qui permet d’éliminer les fibres et d’éviter les désagréments, on peut également passer sur du cru chaud ou mixer le cru et le cuit… Il y a plein d’alternatives et d’astuces permettant de rééduquer nos intestins.

Je travaille à faire revenir les gens à une alimentation la plus naturelle possible. Je remets de l’ordre au niveau des associations alimentaires, et je demande de respecter la chronologie du corps (chronobiologie).

Je suis très sensible au fait de réordonner les choses, remettre de l’ordre car notre organisme est très ordonné, très structuré comme tout ce qui est dans la nature d’ailleurs… Remettre un cadre permet de retrouver une liberté.

TC-On a donné aux gens des conseils très différents sur les associations alimentaires, quel est votre point de vue ?

Frédéric Bourgogne -Nous avons l’art de compliquer les choses, le corps est simple dans son fonctionnement et ses besoins. Il a besoin de sucres simples, d’acide aminés… et nous passons notre temps à lui donner des sucres et des protéines complexes. Donc mon premier conseil est de simplifier l’alimentation et les associations alimentaires tout en respectant la logique digestive. C’est très simple, il suffit d’observer cette logique digestive et de prendre conscience à quel niveau les aliments sont digérés. Si vous prenez l’exemple des fruits, leur digestion a lieu dans le duodénum (la partie la plus basse – 10 à 15 minutes de digestion) donc c’est ce qui doit se consommer en premier. Ensuite, si vous remontez dans le circuit digestif vous arrivez au niveau de digestion des légumes un peu plus haut dans ce même duodénum (20 à 45 minutes de digestion), c’est donc ce qui vient logiquement en second. Enfin, les protéines, qui se digèrent au niveau de l’estomac, doivent venir en dernier. Si j’inverse ce processus et que je prends les fruits en fin de repas alors que l’estomac est en train de digérer les protéines, le fruit ne va pas pouvoir passer la barrière stomacale, il va fermenter, créer plus d’acidité et donc ralentir la digestion.

Il y a une logique digestive, la première étape est de respecter cette logique et donc ensuite les associations coulent de source et sont évidentes. Il faut en premier revenir à cette logique digestive et la respecter, l’idée n’étant pas de tout dissocier mais bien de remettre de l’ordre et de réorganiser. À partir du moment où je fais cela il y a quelque chose qui s’allège au niveau digestif. Il ne faut pas oublier que notre système digestif utilise 50% de notre énergie. Cette énergie peut être redistribuée ailleurs.

Les mélanges comme les pâtes et la viande sont néfastes pour notre santé. Une protéine et un sucre, forment ce que l’on appelle des protéines glyquées. Ces protéines sont assimilables mais pas métabolisables et peuvent créer de nombreux problèmes au niveau digestif, hormonal se fixant sur nos récepteurs hormonaux comme ceux de la thyroïde par exemple.

Réassocier les bons aliments c’est très simple et important. J’ai vécu avec des indiens en Amazonie, j’ai pu observer comment les indiens, qui n’ont jamais mis les pieds dans une université ont une connaissance innée de ces choses-là. La diversification alimentaire d’un enfant se fait étape par étape, aliment après aliment en fonction de l’évolution et de la maturité de l’intestin. Nous, dans notre société, à 6 mois nous donnons à manger à nos enfants du jambon, des pâtes, de la viande, du pain, des produits laitiers… il ne faut pas forcément aller chercher plus loin l’origine des problèmes d’allergie, d’orl… et ainsi se créent très tôt des problèmes au niveau digestif. Ensuite c’est le cercle vicieux : végétations, amygdales, allergies, asthme, otites… alors que peut être à la base il suffirait des respecter quelques règles et surtout de respecter notre corps dans son fonctionnement.

TC– Donc le premier champ d’action c’est la diététique. Et après ?

Pour lire la suite achetez Thérapies Complémentaires no 7 ou le PDF de cet article dans notre boutique ViaPraetoria/MediaFactoryParis

NO COMMENTS